« L’accueil et l’inclusion du handicap nous fait grandir » 

Le 24 juin dernier, la caravane de pionniers-caravelles (14-17 ans) du groupe de Sallanches (74) a organisé, en partenariat avec la fondation de l’Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH), une rencontre avec Thibault, un jeune porteur de trisomie 21. Baptiste et Pierre-Louis, deux chefs de la caravane, témoignent de ce moment fort et de leur expérience avec l’accueil de Rémi, également porteur de trisomie et scout au sein du groupe de Sallanches depuis ses 8 ans.

Le scoutisme offre aux jeunes la possibilité de vivre une expérience d’inclusion, d’acquérir une plus grande autonomie, de partager des activités et des émotions avec des jeunes de leur âge. Accueillir des jeunes porteurs de handicap est l’un des engagements de l’association, dans le respect de l’intégrité physique, morale et affective. La prise en compte des diversités permet à chacun de faire évoluer ses représentations, de partager des incertitudes et de s’enrichir mutuellement. C’est un véritable levier de sensibilisation au respect des différences et d’éducation au vivre ensemble.

Comment est né ce projet de rencontre avec la fondation OCH ?

Pierre-Louis : Au départ, c’est OCH qui est venu à nous, via notre Responsable de Groupe. Mais c’était aussi une volonté forte des jeunes pionniers-caravelles de s’engager pour ce projet.

Baptiste : Cela faisait partie en effet du projet d’année des pionniers-caravelles d’organiser cette rencontre. Comme nous accueillons Rémi, un autre jeune porteur de trisomie 21, dans notre unité depuis plusieurs années, c’était assez naturel pour les jeunes de faire ce partenariat avec OCH et d’accueillir Thibault. C’était une démarche normale pour eux de s’ouvrir vers l’extérieur, après qu’ils aient pu vivre cela de l’intérieur.

Durant la journée du 24 juin, comment s’est déroulée la rencontre avec Thibault ? Quels enjeux éducatifs derrière cette rencontre ?

Baptiste : À la base, le souhait de Thibault était d’apprendre à cuisiner avec des jeunes. Pendant toute une matinée, on a pu concevoir ensemble un menu, cuisiner, et partager un beau moment d’échange. Thibault a pu choisir son entrée-plat-dessert, et on est parti sur le grand classique : le gâteau au chocolat ! On a tous passé un moment super sympa.

Pierre-Louis : La question de l’accueil du handicap, c’est quelque chose de totalement intégré au sein de nos unités. C’est vrai qu’on a la chance d’avoir des jeunes très ouverts d’esprit et respectueux des autres. Ils ont en eux cette volonté de rencontrer et d’aller vers l’inconnu.

Baptiste : C’est vrai que ce qui m’a vraiment interpellé quand j’ai intégré la maîtrise, c’est que la présence de Rémi dans l’unité, c’est vraiment quelque chose de naturel. Il y a cette volonté de l’inclure dans le groupe, et avec la maîtrise, on trouve ça top qu’ils aient cette maturité.

Quelle a été votre expérience de l’inclusion d’un jeune en situation de handicap et qu’est-ce que vous conseilleriez à d’autres unités ?

Pierre-Louis : C’est vrai qu’au début, quand on a accueilli Rémi, je me suis dit tout de suite : « Ok, ce jeune a des besoins différents : parfois il a envie d’être seul, parfois il a envie de jouer avec les autres ». Même si Rémi est très intégré dans l’unité, il ne faut pas négliger qu’il est porteur de handicap et qu’il a besoin d’un accompagnement personnalisé :

Pour bien accueillir, il faut aussi oser franchir le pas, oser aller vers l’inconnu, vers l’altérité. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on en ressort grandi dans tous les cas : la rencontre nous fait grandir, les jeunes comme les chefs et cheftaines. Le scoutisme est un bon outil pour pouvoir favoriser l’inclusion dans la société. Et même si au début on peut faire des gaffes, ou rencontrer des difficultés avec les jeunes ou au sein de notre maîtrise, le simple fait de pouvoir en parler et de partager des moments ensemble, ça fait toute la différence. Avec le temps, ça crée une super dynamique collective.

Baptiste : Aujourd’hui, il y a un vrai écart de réalité entre ce que vivent quotidiennement les personnes en situation de handicap et le reste de la société. Et c’est vrai qu’avec le scoutisme, il peut y avoir une vraie connexion et un vrai partage. La clé, c’est aussi savoir faire confiance aux jeunes. Avoir confiance en leurs capacités à accueillir avec bienveillance. Pour résumer, c’est important de prendre en compte le handicap de la personne, tout en l’intégrant pleinement dans le groupe.

L’accueil et l’inclusion font partie de l’ADN des Scouts et Guides de France. Pour vous aider à faire vivre le scoutisme à des jeunes en situation de handicap, à identifier des outils et personnes ressources, à connaitre les éléments clefs d’une inclusion réussie, rendez-vous sur Ressources rubrique « diversité et inclusion » pour retrouver la carte « Les essentiels autour du handicap »


Un petit mot du partenaire de l’association OCH :

À l’occasion des 60 ans de la fondation, nous avions la volonté de sensibiliser les jeunes au handicap. Nous avons eu cette idée de créer des rencontres : le projet Ose la Rencontre, a pour objectif de réaliser le souhait de personnes en situation de handicap, à travers des activités ou des moments de vie qui sont très simples, mais qui expriment une réelle fraternité. Pour nous, ça a tout de suite été une évidence de travailler avec les Scouts et Guides de France. Nos associations partagent un certain nombre de valeurs, à commencer par le sens du collectif, qui permet à chacun et chacune de grandir ensemble. Cela permet de créer du lien, et de faire sortir les personnes en situation de handicap de la solitude.

Constance Pommier, membre de l’équipe Ose la Rencontre 2023