De l’Allemagne à la Croatie à vélo : une manière de repenser le voyage

Du 5 au 18 août 2023, la caravane de pionniers-caravelles (14-17 ans) de Saint-Louis de Munich a décidé de vivre son camp d’été en itinérance, à vélo, en passant par les Alpes et 5 pays européens différents. 15 jours, 750 km, 10 906 m de dénivelé, et des passages par l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, la Slovénie, et la Croatie. Rien que ça. Christopher et Pierre-Hugues, faisaient partie de la maîtrise encadrant ce beau projet qui mélange rencontres internationales et mobilité douce. Ils témoignent de leurs expériences.

Comment prépare-t-on une itinérance à travers l’Europe ?

Pierre-Hugues : Quand on s’est retrouvé en début d’année avec la maîtrise, on avait vraiment à cœur de vouloir impliquer les jeunes dans la préparation des CAP (projet Concevoir Agir Partager, qui anime une année dans la branche 14-17 ans). Ce sont donc les jeunes qui ont décidé de leurs propres chefs de se lancer dans cette aventure. Pour préparer un projet comme celui-là, il faut être méthodique, et faire les choses étapes par étapes. On a donc mis en place des équipes dédiées : pour le matériel, la logistique, le financement, la communication…

Christopher : Pendant la préparation, tout n’a pas été un long fleuve tranquille. Il a fallu faire des formations pour partir à l’international, définir un itinéraire, préparer la logistique et le matériel… La clé, c’est l’anticipation ! On avait la chance d’avoir une super maîtrise, assez expérimentée, et des jeunes très engagés, donc ça a vraiment facilité l’organisation de ce camp.

Quel était le sens de ce défi humain et sportif ?

Pierre-Hugues : Le premier objectif éducatif derrière ce défi, c’était de donner des clés aux jeunes, pour qu’ils puissent prendre conscience qu’un projet aussi conséquent est faisable. Le but était de faire en sorte qu’ils prennent confiance, qu’ils croient en leur capacité à concrétiser leurs envies. Et, bien sûr, le fait d’avoir aussi traversé 5 pays différents, avec des cultures et des paysages variés, ça a été une vraie source d’enrichissement.

Christopher : le défi sportif était très important. Avec ces 750 kilomètres, il y avait cette envie de relever un challenge, cette volonté de se dépasser. Et en même temps, le fait de pouvoir apprendre avec les jeunes une nouvelle façon de voyager, avec un moyen de locomotion plus « vert ». Le vélo nous a permis de nous rendre un peu plus compte de la notion de distance et de temps, dans un monde où tout va très vite.

Y a-t-il eu un moment fort qui vous a marqué durant cette itinérance ?

Christopher : Personnellement, c’est arrivé au début du camp, où on avait fait une étape avec une très grosse montée, à côté de Innsbruck, en Autriche. À la fin, la paysage était juste incroyable. À ce moment-là, je me suis dit que ce camp allait être top.

Pierre-Hugues : Les meilleurs souvenirs que je retiens de ce camp, c’est quand je me rendais compte que les jeunes se dépassaient pour faire des choses extraordinaires. Effectuer une étape de 100km en une journée, rencontrer des scouts italiens…. On avait une caravane qui est allée au-delà de ce qu’on pouvait attendre d’eux.

Pourquoi recommanderiez-vous l’itinérance à vélo pour un camp ?

Christopher : La première choses, c’est de croire en sa maîtrise, croire en ses jeunes, et croire que c’est possible de le faire. Ensuite, le point d’attention que je mettrais en avant, c’est la gestion de la fatigue. Quand on dépense autant d’énergie pendant un camp, la fatigue physique et mentale sont des paramètres essentiels sur lesquels il faut bien communiquer au sein de son unité.

Pierre-Hugues : Je dirais que tout d’abord, il faut rêver grand ! Il faut avoir des objectifs ambitieux. Il faut aussi miser sur l’organisation. L’organisation et l’anticipation, c’est vraiment la base pour réussir ce genre de projet. Et en fonction, on revoit les objectifs. Il faut savoir viser haut, mais avoir aussi la capacité d’être flexible pour savoir s’adapter aux imprévus. De plus l’itinérance dispense de frais de déplacement pour l’aller ou le retour, rendant mécaniquement le camp très abordable.

Chez les Scouts et Guides de France, nous encourageons chacun et chacune a utiliser des moyens de transports plus responsable, et notamment le vélo. Vous pouvez retrouver dans ce lien une série de vidéos sur comment bien préparer son vélo avant de se déplacer.