Sourires, soleil et solidarité : un été sous le signe de l’engagement

En cette période de crise, les besoins solidaires sont de plus en plus brûlants dans la société. Loin d’être découragés par les bouleversements liés à la pandémie, les jeunes compagnons (17-21 ans) des Scouts et Guides de France, ont consacré leur énergie à prêter main-forte aux associations solidaires, partenaires historiques du mouvement.

7 jeunes compagnons de Marseille (13) ont choisi de venir en aide à l’association Emmaüs. Ils ont rejoint pendant l’été la communauté de Niort pour 7 jours.

« Notre rôle sur place était surtout de les aider comme nous pouvions. Nous avons donc créé « Vésol », des vélos donnés à l’association que nous avons retapés et décorés pour les rendre plus fun, nous avons aussi repeint le portail et nous avons aidé l’association dans leurs tâches quotidiennes : récolter, trier, ranger, aider à la livraison. Mais ce qui nous a marqués, c’est tout d’abord de découvrir qu’Emmaüs et les Scouts et Guides de France partagent de nombreuses valeurs telles que le partage, le respect, la solidarité… et aussi la chance que nous avons eue de rencontrer des personnes de l’association vraiment incroyables, qui nous racontaient leur histoire. Ivoiriens, russes, allemands, réfugiés, personnes en situation de précarité… Elles se sont confiées à nous sur les difficultés de leur situation et le stress constant de se faire rapatrier. Une communauté arménienne nous a même raconté leur combat pour arriver en France, c’était bouleversant… Ce projet nous a vraiment donné envie, en tant que chefs et cheftaines, de partager des expériences solidaires à nos jeunes pour les faire grandir. »

Après une année à faire des maraudes, les 5 compagnons du groupe Le Rheu Pacé (35) ont logiquement choisi de rester dans le même domaine d’action pendant l’été. Ils se sont donc rapprochés des banques alimentaires et ont atterri à celle de Cahors.

« La banque alimentaire est un réseau national qui récupère des denrées alimentaires afin de les redistribuer aux associations locales. Avec l’équipe, nous avons donc aidé à récupérer les denrées alimentaires le matin auprès des grandes surfaces et des commerçants et nous aidions ensuite à les trier pour les redistribuer aux associations de maraudes, d’aides aux migrants et aux en personnes en situation de réinsertion. Nous avons aussi donné un coup de main en manutention avec la construction d’étagères et le nettoyage. Ce qui nous a marqué, c’est le contact avec les gens des associations qui nous racontaient leur expérience dans le bénévolat et la possibilité de voir toute l’organisation en amont des prises en charge par les associations. »

5 compagnons du groupe de Bourg-la-Reine (92) souhaitaient que leur camp soit tourné autour de la rencontre. Ils se sont donc rapprochés de l’éco-hameau solidaire Saint-François de Draguignan, où ils sont restés 10 jours.

« C’est génial car c’est un hameau qui accueille entre 60 et 70 personnes de 5 à 70 ans, avec des profils très variés : personnes en situation de handicap, en grande précarité ou en proie à des addictions. Et c’est aussi un endroit où elles essayent d’avoir une vie locale et environnementale intelligente.
Notre projet était de venir embellir le lieu, nous avons donc reterrassé l’espace et nous avons construit une superbe pergola. Pour ces travaux, nous avons eu la chance d’être accompagnés par 3 jeunes migrants de 15 à 17 ans, pour qu’ils vivent avec nous « à la scoute ». C’était vraiment incroyable car nous avons tissé des liens très forts avec eux. Cette expérience nous a énormément apporté en termes d’humilité et de confiance en nous. »